#079 – Quelles protections hygiéniques naturelles et respectueuses utiliser ?

Quelles protections hygiéniques naturelles et respectueuses utiliser ?
Publié le 06 Décembre 2021
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Les protections périodiques naturelles

Hello,
 
Parlons (une nouvelle fois) d’un sujet de la plus haute importance, à savoir de ces petites choses fort utiles que nous utilisons tous les mois ou presque en fonction de la durée de nos cycles et qui peuvent, pour certaines d’entre elles, faire pas mal de dégâts.
 
Après t’avoir présenté les 4 raisons qui m’ont fait arrêter les protections périodiques jetables (l’épisode est ici si tu veux aller l’écouter), voici 6 alternatives plus respectueuses de ta santé et de notre environnement !

6 alternatives aux protections périodiques jetables beaucoup plus respectueuses

Je ne reviendrai pas sur le classique : la serviette jetable et les tampons jetables

Pour connaître les 3 raisons qui m’ont poussé à stopper net cette habitude que j’ai eu pendant de longues années, je t’invite à aller écouter mon précédent épisode à ce sujet qui s’intitule : “STOP aux toxines ! Les raisons d’éviter de ne plus utiliser de protections hygiéniques jetables”

Non, aujourd’hui, je vais te partager 6 alternatives aux protections périodiques jetables beaucoup plus respectueuses : 

  • de ton corps et de ta santé
  • de notre environnement
  • et de ton portefeuille.

Prête à découvrir tout ça  ? Je te laisse découvrir la suite dans cet épisode🎙

♥ Si cet épisode t’a plu et inspiré, partage-le sur instagram en mentionnant @alexandra_portail.naturo et @hygiene2vie.podcastpour que je puisse te remercier et te repartager en retour.

♥♥ Retrouve la ressource du Mandala Lunaire (template + explications) à télécharger gratuitement juste ci-dessous👇

♥♥♥ Tu peux également laisser ton avis sur cette page ! Juste en haut 👆 C’est le meilleur moyen de le soutenir. Et n’hésite pas à partager ce podcast ou cet article à ton entourage pour qu’il puisse aussi en bénéficier !

Belle écoute ♡ 

Si tu préfères en prendre connaissance sous forme d’article par préférence ou troubles de l’audition, je te remets toutes les informations à l’écrit ci-dessous ! 

Les règles sous pilule contraceptive

Avant toute chose, je tiens à faire un petit point sur la notion de règles et de saignement lorsque l’on est sous pilule contraceptive. Je ne vais pas entrer dans les détails car j’en dédierai un épisode bien spécifique à ce sujet, mais tout de même, voici deux ou trois éclaircissements. 

Il faut savoir que si tu prends une contraception hormonale et que tu saignes chaque mois, ces saignements ne sont pas des menstruations. 

En effet, les menstruations ou plus communément appelées “les règles”, arrivent uniquement lorsque tu ovules. Or, sous contraception hormonale, pas d’ovulation. C’est tout l’objectif de la contraception qui plonge ton cycle dans un profond sommeil. 

Oui moi aussi, j’ai découvert ce fonctionnement bien plus tardivement…

Comme j’ai découvert que je n’avais pas de règles mais des saignement dits de “privation” qui sont des “fausses règles” pour donner l’illusion aux femmes que tout fonctionne normalement. 

C’est pourquoi nous n’avons que très peu de douleurs, puisque notre utérus fonctionne à l’arrêt, et notre endomètre (responsable des écoulements de sang) ne s’est pas épaissi, puisqu’il n’y a pas eu d’ovulation.

Évidemment, ces processus varient d’une contraception à l’autre, et plus les contraceptifs hormonaux sont fortement dosés, moins on a nos règles. Et certaines pilules ne provoquent même pas ces saignements. 

Du coup, on en arrive au sujet du jour. Si jamais tu as très longtemps été sous contraception hormonale sans saigner ou en saignant mais de manière très contrôlée puisque c’était dû aux hormones de synthèse, tu dois certainement te poser la question :

Ok, comment je vais m’en sortir ?

Surtout, si tu as arrêté ta contraception pour une question de santé et d’une envie de te tourner vers plus de naturel, tu vas très te rendre compte que les protection hygiéniques habituelles, qu’on nous donnent de manière automatique comme on nous a donné la pilule de manière un peu systématique aussi, ne sont pas ultra bonnes pour notre santé. 

Petit tour d’horizon sur les choix de protections périodiques plus respectueuses qui s’offrent à toi avec leurs avantages et inconvénients !

Quelles sont les protections périodiques naturelles qui existent à ce jour ?

J’aimerais aujourd’hui te présenter deux catégories de protections hygiéniques : les protections jetables toxiques, les protections jetables BIO, et les protections réutilisables.  Je vais les passer en revue en t’expliquant ce que j’en pense à chaque fois et bien sûr, mon avis ne tient qu’à moi. Je te laisserai faire le point sur ce que tu en penses à la fin de cet épisode pour que tu puisses prendre une décision éclairée et respectueuse de tes convictions personnelles. 

Les protections jetables BIO

C’est ce qui va se rapprocher le plus des tampons et serviettes que nous avons été habitués à utiliser dès notre 1er cycle. Les protections périodiques BIO, sont en coton BIO. Elles sont plus saines pour le corps, avec une composition clean (uniquement du coton BIO, de l’amidon de maïs en guise de plastique protecteur) et biodégradables, ce qui réduit leur impact environnemental. 

Néanmoins, il est bon de garder à l’esprit que le coton est tout de même une culture qui puise énormément d’eau. Ce n’est donc pas sans impact écologique non plus. Tu peux trouver des tampons BIO et des serviettes hygiéniques BIO. 

Voici quelques conseils si tu t’intéresses à ces protections bio : 

  • Les tampons BIO se gardent jusqu’à 6h et ne se gardent pas la nuit. Ils sont assez pratiquent pour garder un ryhtme de vie normal avec diverses activités possibles comme le sport par exemple. 

En revanche, tout comme les tampons classiques,  je te suggère d’être très vigilant.e quant à l’utilisation prolongée des tampons bio, comme pour la CUP d’ailleurs et toute protections que tu insères à l’intérieur de ton vagin, car une utilisation trop longue (excédent les 8h), peut être dangereuse pour la santé. Ne dort pas avec.

  • Les serviettes hygiéniques BIO sont assez pratiques également car elles restent confortables et pratiques. Elles sont composées uniquement de coton, et n’ont pas ni ce parfum ni cette couche de plastique directement en contact avec ta peau qui te fait transpirer. 

Pour moi, cette solution devrait devenir la base car très pratique et ne change pas radicalement tes habitudes. Pourtant, elles font toute la différence en termes d’impact sur la santé et sur l’environnement. 

C’est une transition idéale notamment après l’arrêt de la pilule par exemple le temps de se pencher sur toutes les solutions possibles. Par contre, on ne va pas se le cacher, ces protections BIO restent jetables et donc n’améliorent absolument pas la création de déchets…Niveau portefeuille, tu vas payer un peu plus cher que des tampons et serviettes classiques mais en plus tu vas devoir en acheter régulièrement.

Selon moi c’est donc une bonne première approche le temps de trouver une autre solution plus durable. Et justement venons-en aux protections hygiéniques non jetables et donc plus durables. 

Les serviettes lavables

On est encore assez proche de la serviette hygiénique classique sauf que là tu ne vas pas la jeter. Loin des serviettes de grands-mères, les serviettes lavables modernes ont beaucoup d’avantages. Fines, douces, colorées, confortables, elles sont faciles à utiliser. Elles coûtent entre 3 et 30 € et, si on les entretient bien, on peut les utiliser jusqu’à 5 ans. Donc oui c’est un investissement au départ mais qui est vite rentabilisé comme toutes les autres protections non jetables que je vais te présenter par la suite. 

On peut acheter des serviettes hygiéniques prêtes à l’emploi (en magasin bio, écologique, en ligne comme sur le site KAZIDOMI ou LA FOURCHE BIO…) ou même en coudre avec des tissus de récup par exemple. Bénéficie de -20€ sur ton abonnement KAZIDOMI avec mon code ALEXNATURO20.

Si ça te tente de te lancer dans la confection de serviette lavable, tu pourras trouver dans l’article lié à cet épisode, une vidéo DIY qui t’explique pas à pas comment la réaliser (ci-dessous). 

Comment choisir sa serviette hygiénique lavable ? 

Je te conseille de privilégier les matières naturelles comme le coton bio ou le chanvre. Et avec un label GOTS ou Oekotex 100 afin d’éviter des produits chimiques polémiques.

Faites : 

  • du coton bio ;
  • de la cellulose non blanchie au chlore ;
  • des produits sans composants pétrochimiques et plastiques sauf éventuellement des pochettes en bioplastique compostable ;
  • des produits sans parfums, sans colorants, sans additifs.

Comment les porter et les entretenir ?

C’est super simple. Tu attaches une serviette à ton sous-vêtement par des boutons pressions ou un petit scratch. Le tissu reste étanche grâce à une couche synthétique en nylon ou en polyester respirant ou en bambou (le top). Selon ton flux, tu choisis un modèle adapté. Il en existe du simple protège-slip jusqu’à la serviette de nuit pour une absorption optimale. Si tu n’es pas chez toi, tu utilises une pochette imperméable pour transporter ta serviette usagée. Il suffit ensuite de laver le tout.

Pour l’entretenir, d’abord tu la trempes dans de l’eau froide pour décoller les traces de sang. L’eau chaude ferait en effet coaguler et s’incruster les tâches. Puis peux la laver à 60° et  la laisser sécher à l’air libre. Elles sont fines donc occupent peu de place dans la machine à laver et consomment par conséquent peu d’eau.

Les culottes menstruelles

Les culottes menstruelles, ou culottes des règles, sont relativement récentes sur le marché des alternatives aux protections jetables. La culotte menstruelle se présente sous la forme d’une culotte classique mais avec un cœur absorbant qui retient le flux de sang.

Elle est composée de 3 couches :

  • l’extérieur, qui peut être en coton, bambou, polyamide, élasthanne
  • la doublure, faite de coton, élasthanne… 
  • la couche absorbante, composée de viscose, polyester, PUL, lycra, tencel, laine…

Il est forcément mieux d’aller vers les matières naturelles. La culotte possède également une couche imperméable pour éviter les fuites.

Côté prix, c’est un peu plus onéreux que les serviettes lavables puisqu’il faudra compter environ 30 à 40€ la culotte. Certaines sont  plus travaillées avec de la dentelle et peuvent aller jusqu’à 60€. Mais encore une fois, c’est de l’investissement puisque leur durée de vie est de 5 ans environ. L’achat d’une culotte est donc rentabilisé assez rapidement par rapport aux tampons. On évite aussi pas mal de déchets par rapport aux protections jetables.

Les culottes se déclinent en différentes tailles, différents modèles et pour différents flux. Il existe aussi des modèles pour les adolescentes qui ont leur première règles. De quoi les rassurer vu la ressemblance de la culotte menstruelle avec une culotte classique, sans insertion interne.

Côté utilisation, il n’y a pas plus simple : il suffit d’enfiler la culotte en période de règle. Les marques indiquent qu’on peut les porter jusqu’à 12h. Certaines sont plus prudentes et recommandent d’en changer après 6 heures. On devrait être moins soumise au risque de SCT puisque cette protection externe n’obstrue pas le flux. Mais comme toujours, mieux vaut lire attentivement la notice d’utilisation.

Autres avantages, la culotte menstruelle sait se faire oublier quand on la porte : elle est peu épaisse et donne peu de sensation d’humidité. Elle s’enfile plus rapidement qu’une serviette qu’on doit parfois repositionner.

Côté inconvénients, si tu n’es pas chez toi c’est un peu plus encombrant qu’une simple serviette lavables à garder sous la main. Bien que possible. 

Et si le flux est vraiment très abondant, l’absorbance peut parfois être insuffisante.

Pour la nettoyer, tu la rinces ou tu la fais tremper dans de l’eau froide pour enlever le maximum de sang. On la passe ensuite en machine, souvent à 30°C, sans adoucissant. Si tu souhaites  utiliser exclusivement  ce type de protection, il faut donc en acheter plusieurs.

Pour ma part, j’en ai 4 que je fais tourner en les nettoyant chaque jour, le temps qu’elles sèches. J’augmente petit à petit ma collection car idéalement, j’aimerai en avoir plutôt 6 à 8 pour être vraiment tranquille et ne pas devoir tout le temps les laver. 

Quelles marques de culottes menstruelles choisir ? 

Que ce soit pour la santé et l’environnement, on préfère une culotte :

Mais attention, 60 millions de consommateurs met en garde contre certaines marques de culottes menstruelles qui sont inefficaces. 

Je te déconseille donc fortement de les acheter en dropshipping. Une vraie catastrophe en termes de qualité. 

Tout comme pour la serviette lavable, il est également possible de réaliser ses culottes menstruelles soi-même. Il existe plein de tutos ci-dessous. Aussi, l’article de l’association 60 millions de consommateurs qui explique les arnaques des culottes menstruelles. ça pourra t’aider à mieux les choisir : clique ici.

Pour ma part, c’est la protection que j’ai adoptée et j’en suis entièrement satisfaite ! Jour comme nuit, je n’ai aucune fuite pourtant un flux relativement abondant les 2 premiers jours.

Tuto pour réaliser une culotte menstruelle sans machine à coudre

Tuto pour réaliser une culotte menstruelle avec machine à coudre

La CUP menstruelle

Ou coupe menstruelle qui est justement une petite coupe terminée par une tige. Elle est souple et haute de quelques centimètres, et peut être utilisée pendant 3 à 10 ans, ce qui réduit très fortement les quantités de déchets. Autre avantage, son prix varie qui est un peu plus accessible que les culottes : il faut compter entre 15 et 35€. Soit l’équivalent d’une seule année de tampons (environ 36€).

La coupe menstruelle se place à l’intérieur du corps comme un tampon. La différence, c’est que la coupe n’absorbe pas le sang, elle le récolte. Cette alternative demande souvent un petit temps d’adaptation. On trouve facilement des coupes menstruelles en magasin bio (en ligne ou non), magasin de cosmétiques voire de puériculture et dans certaines grandes surfaces.

Bien choisir la taille et la matière de sa cup menstruelle

La coupe existe souvent en 2 tailles. On la choisit en fonction de l’abondance des règles, de son âge, de si on a déjà accouché…Parmi les coupes de qualité, on peut choisir entre plusieurs matières :

  • le latex son pas d’allergie au latex bien évidemment. C’est une matière naturelle qui donne à la coupe une durée de vie d’environ 10 ans. 
  • le silicone. On le choisit de qualité médicale sans phtalates ni BPA. Tu trouveras ces informations sur l’emballage ou le site de la marque. Une coupe en silicone s’utilise pendant 3 à 5 ans. La FDA (administration américaine) conseille cependant de remplacer une coupe en silicone après 3 ans.
  • le TPE (élastomère thermoplastique). C’est un mélange de matières. Ici également, il est essentiel de rechercher un produit certifié de qualité médicale.

Les coupes menstruelles existent en version colorée ce qui permet de ne pas voir le sang à l’intérieur pas toujours agréable à regarder. Surtout que le silicone incolore peut virer au jaune au bout d’un moment. Ceci dit entre nous, incorporer un pigment, c’est encore ajouter une substance dont l’innocuité reste à prouver sur le long terme. Et les informations fournies sur les sites des fabricants restent souvent assez sommaires. Par précaution, je te conseillerai de rester sur une coupe non colorée. Après tout, elle ne se voit pas vraiment finalement.

Comment utiliser la coupe menstruelle ?

Son utilisation reste simple mais nécessite souvent quelques essais pour s’habituer. Tout d’abord, je t’invite à lire la notice d’utilisation fournie avec ta cup pour savoir comment procéder. De façon générale, on commence par laver ses mains et sa cup. On plie ensuite sa cup. Il existe différentes techniques de pliage. Voici des tutos de pliage de cup menstruelle. Puis, il ne te reste plus qu’à te détendre et à l’insérer.

La cup peut rester en place plusieurs heures, avec un maximum de 8 à 12 heures. Même si je te conseille de te limiter à 4 à 6 heures puisqu’elle est à l’intérieur de ton corps. Pour l’enlever, il suffit de pincer la base de la coupe (pour éviter l’effet ventouse), la retirer, la vider, la rincer à l’eau claire puis la réutiliser. La coupe est parfaitement confortable si elle est bien positionnée. On peut même la porter quand on fait du sport ou à la piscine.

Avant la première utilisation et entre chaque période menstruelle, la coupe doit être stérilisée. Certains spécialistes recommandent même de stériliser la cup entre chaque utilisation. C’est très facile : on la plonge dans l’eau bouillante quelques minutes. On la range ensuite jusqu’à la prochaine utilisation.

Bien que je trouve son utilisation très simple sur le papier et qu’elle est un peu plus abordable en termes du prix, je n’ai pour ma part jamais utilisé ce type de protection. d’ailleurs, comme je n’ai jamais utilisé de tampons. Je ne suis pas fan à l’idée d’insérer un objet dans mon vagin et ça toujours été comme ça. Vu que je suis très satisfaite de culottes, je leur suis fidèle. Mais si tu utilises correctement la cup, pas de soucis à mon point de vue. 

Après, il faut quand même avoir du temps et surtout être à l’aise pour stériliser sa cup alors que tu es peut être en colloc ou avec ta famille, ce qui n’est pas forcément très pratique. 

Aussi, comme tu l’auras compris, la CUP implique que tu sois à l’aise avec ton corps, et que tu n’aies pas de vaginisme ou peur d’insérer la CUP dans ton corps. Je te conseille fortement de ne la mettre qu’aux gros jours de flux, ce n’est pas fait pour le spotting. Pareil que pour le tampon BIO, elle n’exclut pas les risques de choc toxique, et il ne faut donc surtout pas dormir avec. 

Les éponges menstruelles

Les éponges de mer peuvent aussi remplacer les protections hygiéniques classiques. À l’origine utilisées par les femmes du bassin méditerranéen, ces alternatives redeviennent aujourd’hui à la mode.

Côté prix, il faut compter entre 5 et 15 € pour un lot de 3 éponges menstruelles. On peut utiliser une éponge pendant environ une dizaine de cycles. On la place comme un tampon et elle récolte le sang en s’imbibant.

Entretien et hygiène des éponges menstruelles

Avant la première utilisation, on nettoie l’éponge à l’eau et au savon puis on la désinfecte en suivant la notice. Pendant les règles, on retire l’éponge à la même fréquence qu’un tampon. On la rince à l’eau froide puis on la lave soigneusement avec de l’eau et du savon avant de la remettre en place. On la désinfecte et la laisse sécher à l’air libre entre chaque cycle menstruel.

Côté hygiène, certaines études restent sceptiques. Selon elles, les éponges restent des organismes marins qui filtrent l’eau de mer. Elles peuvent contenir des résidus comme du sable, des morceaux d’algues, des petites particules… Certains risques sont évoqués : des morceaux d’éponge pourraient se détacher pendant l’utilisation, des bactéries pourraient se développer… Mais des études plus récentes seraient nécessaires. L’éponge serait aussi déconseillée aux femmes qui portent un stérilet.

Et côté écologie ? 

Les éponges sont naturelles, renouvelables et génèrent peu de déchets. Mais la réflexion doit aller plus loin : quid de l’impact sur la biodiversité des éponges prélevées dans leur milieu naturel ? De nombreux fournisseurs déclarent réaliser une pêche dans le respect de l’écosystème : l’éponge serait ainsi coupée et non arrachée, pour pouvoir repousser. Mais aucun label ne garantit la tenue de cet engagement.

Je souhaitais l’évoquer aujourd’hui pour être la plus exhaustive possible mais, l’éponge reste à mon sens, encore trop peu connue pour que je puisse te la recommander les yeux fermés.

Et pour terminer cet épisode, je souhaite te partage LA solution la plus respectueuse et la plus écologique et économique qu’il soit, mais pas la plus simple, soit…

Le flux instinctif libre

Récente, la pratique du flux instinctif libre fait de plus en plus d’adeptes. Le principe ? « Écouter son corps » et ainsi pouvoir se passer complètement de protections hygiéniques. Les habituées sentent quand elles doivent évacuer leurs règles, contractent leur périnée pour retenir le flux puis se rendent aux toilettes pour l’éliminer.

Cette pratique est forcément écologique, économique et naturelle. Mais elle nécessite un apprentissage pas des plus simple ni rapide. Par contre, lorsque l ‘on y arrive, c’est signe que l’on sait être à l’écoute de son corps et de ses besoins.

Il y a aussi certaines contraintes : il faut pouvoir se rendre aux toilettes au bon moment (difficile à concilier avec certaines activités) et que des toilettes se trouvent à proximité (mais l’application gratuite « WC ASAPP » permet de géolocaliser les toilettes les plus proches). J’ajouterai aussi, que le flux instinctif est selon moi possible qu’à la condition justement d’avoir un lieu à proximité pour évacuer son flux sanguin sans devoir attendre 30 min ou 1h. car c’est comme l’envie d’aller faire pipi, si tu te retiens trop, tu peux peux te faire très mal. 

Bloquer l’évacuation de tes règles sur une période assez longue, ne me semble pas très judicieux non plus. 

Les gynécologues semblent ne pas trouver de risques à cette méthode. Ils pointent du doigt la difficulté à la mettre en œuvre, surtout pour les flux importants ou les femmes ayant eu un accouchement par voie basse. Les adeptes du flux instinctif expliquent en effet qu’un temps d’adaptation est nécessaire. Selon les médecins, la contraction doit venir du plancher pelvien, pas de l’utérus, et ne doit pas être trop longue. Cette méthode ne convient donc pas à toutes les femmes mais serait une possibilité pour certaines.

Je te mettrai dans les notes, une vidéo témoignage d’une femme qui expliquer sa pratique du flux instinctif depuis 7 ans.

Si je devais résumer cet épisode : 

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, les protections hygiéniques sont diverses et variées? Il n’y a pas de méthode idéale, il y a juste une méthode idéale pour toi. Comme avec la contraception finalement, notre rapport aux protections hygiéniques est très personnel. Je t’ai partagé ici des faits mais aussi mon avis rien qu’à moi.

Comme tu le sais peut-être déjà, j’ai passé plus de 10 ans sous pilule et près de 5 ans en aménorrhée secondaire, sans cycle donc sans saignement. 

Je raconte mon histoire dans les épisodes suivants : 

Avant cette période, j’utilisais les serviettes hygiéniques jetables puisque c’était un peu près la seule chose qui existait. Le jour où j’ai retrouvé un cycle, et que j’avais en parallèle réalisé tout ce travail de me rapprocher d’une santé plus naturelle et respectueuse de mon corps et de l’environnement, il était inimaginable pour moi de retourner vers des protection classiques jetables et pleines de cochonneries. C’est alors que j’ai eu un coup de cœur pour les culottes menstruelles. 

Et toi, vers quelle protection te tournes-tu ?

Pour aller plus loin

Plus jamais malade !

Livre Plus jamais malade_Alexandra Portail Naturopathe

Le livre qui réunit les 3 clés de la santé naturelle : alimentation vitalisante et végétale, immunité et digestion.

Ciao Pilule !

Programme Naturopathie BYE BYE Pilule

Le programme audio complet qui te guide étape par étape pour arrêter la pilule sereinement.

Vous aimerez aussi

Bonne-humeur-stress-anxiÉtÉ-et-microbiote-intestinal_PODCAST-HYGIENE2VIE-NAHIBU
Podcast
Quel moyen de contraception naturelle choisir ? Symptothermie ou Billings ?
Podcast

Mes Services

Retrouvez toutes les prestations individuelles que j’ai créées pour que vous puissiez retrouver votre énergie vitale et booster votre vitalité

Consultations, coaching, yoga ou encore massage réflexologie… Trouvez votre bonheur !

Inscrivez-vous à la lettre qui vous fera du bien

0% de spam, 100% de vitalité !

Recevez deux fois par mois, ma Lettre Hygiene2Vie dans laquelle je vous délivre mes conseils bien-être et lifestyle totalement inédits ainsi que mes derniers articles ou podcasts et plein d’autres surprises pour vous chouchouter. 

Parce que votre bien-être doit être une priorité,
profitez dès à présent d'un petit cadeau...

Abonnez-vous pour être sûre de n’en manquer aucune miette ! 🍪

Avis

0
Noté 0 sur 5
Moyenne de 0 sur 5 (0 avis)
Excellent0%
Très bien0%
Moyen0%
Mauvais0%
Très mauvais0%

Laisser un avis

Les champs obligatoires sont indiqués avec *